Archive pour la catégorie ‘Moto’

REFLEXPUBLIC – une bonne dose d’épicurisme

Mardi 17 novembre 2009

Merci à mes amis Facebook de m’avoir fait connaître cette agence de presse, qui il est vrai ne traite pas réellement dans le High-Tech… encore que, avec Ducati… mais par contre, quelques noms de marques autour de l’épicurisme, un de mes dadas, m’ont décidé à venir voir ce qui était présenté lors des journées portes ouvertes de l’agence REFLEXPUBLIC.


TAG HEUER – lunettes ultra légères pour GRAND OPTICAL

Je commence par une paire de lunettes. Vous me direz que c’est un produit banal, mais quand je rajoute que la paire ci-dessous pèse moins de 4 grammes (monture seule), on entre dans une autre dimension.

REFLEXPUBLIC

C-FLEX (3,9 g) par TAG-HEUER, pour GRAND OPTiCAL

Réalisée par TAH-HEUER pour GRAND OPTICAL, la monture, n’est en effet pas seulement légère, elle est aussi extrêmement résistante. Cela donne une monture (branches mono-bloc en fibre de carbone, et pont en titane) qui est 4 fois plus légère et 10 fois plus résistante que son équivalent en acier. De plus, ses branches sont très flexibles et auto-ajustables. Mais tout cela a un prix…

Prix (TTC) : 659 € (monture C-FLEX)

Lien : www.grandoptical.com


BOMBAY SAPPHIRE – le GIN exotique

Le Gin, pour moi, c’est une boisson qu’il faut mélanger, soit avec un tonic, soit avec du jus d’orange, ou encore avec du Martini, si on n’a pas peur des effets secondaires. mais avec le BOMBAY SAPPHIRE, le Gin prend une toute autre dimension. D’une part sa couleur bleue lui retire son côté neutre, d’autre part son parfum épicé demande que les arômes avec lequel il sera mélangé s’accordent avec lui.

C’est ainsi que le bar du Plaza Athénée a concocté le ‘Bombay Bahia’, au départ prévu pour une vie éphémère, et maintenant définitivement présent sur la carte. Que vous dire de plus ? Allez le goûter sur place…

REFLEXPUBLIC

BOMBAY ARABESQUE, série limitée Noël 2009

Pour Noël 2009, nous aurons droit à un hommage à l’empire indien, avec une bouteille parée de cristaux. Quand on parle de cristaux, il est difficile de ne pas échapper à Swarovski, et c’est encore le célèbre joailler qui a opéré le flacon. Celui-ci sera vendu en exclusivité au Lafayette Gourmet.

REFLEXPUBLIC

Illustration BOMBAY, par JC/DC

Au mur se trouvait un dessin de Jean-Charles de Castelbajac, dont j’ai fait connaissance il y a peu de temps. Son style simple, mais expressif, avait donc sa place sur mon site.

Prix (TTC) : 300 € (Bombay Arabesque, en exclusivité au Lafayette Gourmet)

Lien : www.bombaysapphire.com


INDIGEEN – les goûts du monde entier

L’homme à l’origine d’INDIGEEN parcourt la planète pour dénicher des produits tous aussi originaux les uns que les autres, du moment qu’ils sont bons et beaux. De plus, lorsqu’ils sont issus du commerce équitable, cela n’en est que mieux.

REFLEXPUBLIC

INDIGEEN, des produits beaux et bons du monde entier

C’est ainsi que j’ai pu découvrir des cacahuetes au Chardonnay (Bone Suckin’), du chocolat au cannabis (Stainer, et c’est légal), des paillette de sucre coloré en tube (Zucceroo), des crèmes à tartiner aux senteurs de chocolat et noisette (MNP), ou encore un moulin de flocons d’érable pour remplacer le sel (Decacer). Allez visiter le site pour découvrir plein d’autres produits.

REFLEXPUBLIC

Une collection de produits originaux chez INDIGEEN

Prix (TTC) : 8€90 (cacahuetes au Chardonnay), 3€40 (chocolat au cannabis), 5€90 (sucre coloré en tube), 26€85 (trio de crèmes à tartiner), 18€50 (flocons d’érable bio)

Lien : www.indigeen.com


ARMAGNAC – une collection de saveurs

En continuant la visite, je suis tombé sur une table dont la présentation m’a plu du premier coup d’œil. Une collection de bouteilles d’Armagnac. Même si j’ai une petite préférence pour le Cognac, je ne reste pas insensible à cet alcool. Mais il est un peu tôt pour en parler, car un évènement spécial est programmé pour l’arrivée du printemps 2010.

REFLEXPUBLIC

Une jolie collection de bouteilles d’Armagnac

Lien : www.armagnac.fr


DUCATI – à fond dans les couleurs

Quel passionné de moto ne connaît pas DUCATI ? La marque italienne a osé faire évoluer son modèle culte afin de la proposer dans 10 couleurs différentes. 10 couleurs, pourquoi pas ? Mais l’originalité est que les éléments qui composent sa carrosserie sont facilement démontables, et donc interchangeables. Ainsi, si un jour vous en avez assez de voir votre moto en rouge, vous pourrez la rhabiller en vert, et par exemple suivre le fil des saisons. Vous avez une nouvelle petite amie qui a du mal à accepter le panache or de votre monture, faites-lui choisir sa couleur préférée. Une très bonne idée en tout cas.

Dénommé ‘Colour Therapy’, ce concept devrait être dérivé dans le projet ‘Monster Art’ de DUCATI. Jusqu’alors disponible en blanc, rouge (la couleur de la marque) ou noir, vous aurez dorénavant la possibilité de vous promener en bleu, violet, or, jaune, etc. De plus, ces couleurs sont des séries limitées, et il est envisagé d’autres collections dans l’avenir.

REFLEXPUBLIC

DUCATI Monster Art… je peux toujours rêver…

Les composants du ‘Monster Art’ sont composés de la coque de réservoir, du garde-boue avant, de la tête de fourche et du capot de selle. Ils sont adaptables au Monster 696 ou 1100.

Lien : www.ducati.fr

CARDO – Scala Rider Teamset

Vendredi 9 novembre 2007

Ayant équipé il y a près de 6 mois mon casque moto d’un Scala Rider de Cardo, fourni avec le TomTom Rider 2, j’avais depuis la rentrée un peu abandonné son usage, que je trouvais un peu aléatoire. Mais j’ai quand même décidé de tester le Scala Rider Teamset, modèle équivalent mais composé de deux ensembles de casques micro.

A l’ouverture de la boîte, le nombre de pièce semble assez impressionnant, et on se demande comment on va faire tenir tout cela dans les casques. Mais il est vrai qu’il y a deux ensembles complets, et que certaines pièces sont soit pour le montage, soit de rechange.

CARDO Scala Rider Teamset Montage

La totalité des pièces composant le Scala Rider Teamset

Le kit comporte un support à fixer au bord du casque, auquel sont relis les écouteurs, qui seront glissés et fixés avec leurs fils à l’intérieur du casque.

CARDO Scala Rider Teamset Montage

Détail de la connexion du module sur la base fixée au casque 

Entre l’ouverture de la boîte et la disposition de toutes les pièces sur la table, et la fin du montage, en respectant scrupuleusement les instructions, et en y mettant un soin particulier, il m’a fallu environ 1/4 d’heure pour disposer des deux ensembles montés et prêts à fonctionner.

CARDO Scala Rider Teamset Montage

Les deux kits sont montés sur les casques

L’ensemble fait très propre, reste à voir ce que cela donne à l’usage.

CARDO Scala Rider Teamset Montage

Cela semble dépasser un peu, mais à l’usage, ce n’est pas vraiment gênant

Il reste alors juste à apairer le casque principal avec le TomTom Rider 2, sachant que les deux casques sont fournis déjà pairés. J’ai cependant effectué un nouvel apairage des deux ensembles, car je n’arrivais pas à communiquer entre eux. Première constatation à la maison, impossible de déclencher le mode talkie-walkie par la voix. Le mode d’emploi indique qu’il suffit de parler un peu plus fort, mais quand les enfants nous ont aperçus, ma femme et moi, autour de la table de la cuisine à nous invectiver, ils ont bien rigolé. J’ai fini par tester le mode manuel, qui lui a fonctionné du premier coup.

L’étape suivante a consisté à utiliser le Scala Rider Teamset dans des conditions réelles. Cela tombait bien, j’avais pour mission de déposer et récupérer ma femme à son bureau matin et soir, nous étions en pleine période de grèves. Comme lors du test à la maison, impossible dans un premier temps de déclencher le talkie-walkie par la voix. Retour au moide manuel, on a fini par s’entendre en roulant. Mais après quelque temps de silence, coupure de la liaison, impossible de la relancer. Puis un peu plus tard, sans comprendre pourquoi, le mode automatique a fini par se déclencher. Petit bémol cependant, même avec le volume à fond, et bien que l’écoute soit diffusée dans les deux oreilles, cela reste un peu faible. De plus, le réglage du volume est difficile à effectuer, car à force de monter le son, on retourne à zéro.

En ce qui concerne la liaison avec le TomTom Rider 2, aucun problème, et encore mieux, j’ai fini par comprendre pourquoi mon modèle simple ne voulait plus fonctionner. Il existe une astuce pour désactiver le mode menu réduits lorsque le Rider est sur son support, en patchant un des connecteurs centraux sur le support. Le Rider reste alimenté, mais propose toutes les fonctions. Seul souci, non des moindres, la liaison Bluetooth ne fonctionne plus pour les instructions routières (alors que le mode téléphone mains libre reste fonctionnel). Pour les appels téléphoniques, zéro défaut, avec un son très suffisant, comme pour les instructions du Rider. Juste quelques petits clics de temps en temps, mais ne faisons pas trop les difficiles, les bruits autour d’une moto ou d’un scooter qui roule sont beaucoup plus importants.

Il faut savoir que seul le casque/micro principal (donc normalement celui du conducteur) peut être relié à un appareil Bluetooth, que ce soit un téléphone mobile ou un GPS. L’ensemble du passager ne dispose que d’une liaison Bluetooth avec le conducteur. De même pour les instructions du GPS, seul le conducteur y a droit. Cela serait une excellente idée pour CARDO de faire évoluer ce produit afin que les deux utilisateurs puissent entendre les instructions du GPS, mais aussi que le casque/micro du passager puisse s’appairer avec son mobile. Cela serait d’ailleurs plus justifié, le passager ayant moins à faire attention à la conduite.

CARDO propose aussin un Scala Rider muni d’un tuner FM. On pourrait aussi rêver d’un futur produit plus complet, qui incorpore un tuner FM dans chacun des ensembles pilote & passager, avec, cela va de soit, chacun sa station préférée. Bien sûr, les instructions du GPS, les appels téléphoniques et le mode talkie-walkie prenant la ligne quand cela est nécessaire.

Côté consommation, rien à redire. Après avoir chargé les deux casques/micro durant une nuit complète, un usage quotidien d’environ 1 à 2h par jour, a permis de tenir environ une semaine. Il faut donc penser à retirer les récepteurs lorsqu’ils se déchargent pour refaire le plein la nuit suivante. La recharge se fait par un adaptateur secteur, avec une connexion par prise d’alimentation, protégée contre la pluie par une pastille en caoutchouc lorsqu’il est sur le casque. En ce qui concerne la recharge, j’aurais bien vu un adaptateur 12V/9V restant à disposition dans le top case, pour permettre de les recharger sur la moto.

Comme il est fortement recommandé de ne pas trop serrer les vis sur le casque, le résultat est que les deux ensembles casque/micro ont fini par se détacher au bout de quelques jours. Un nouveau serrage un peu plus ferme a permis de tenir plus d’une semaine. Il faut cependant régulièrement les replacer et les resserer. Mais cette remarque n’est valable que pour les modèles de casques que nous avons utilisé, il est possible que pour d’autres modèles de casques cela tienne mieux (mais aussi moins bien). Toute la partie câble et écouteurs n’a pas bougé d’un poil. Les écouteurs se fixent par du velcro sur un support autocollant, mais à la longue (par exemple mon Scala Rider d’origine) le collant ne tient plus trop bien. Une autre solution consiste à coincer les écouteurs dans les replis du casque, mais cela dépend évidemment de la structure de celui-ci.

Prix de l’ensemble complet : 279 € TTC

Les plus :

  • Autonomie exemplaire
  • Design sympa et discret
  • Installation très facile

Les moins :

  • Mode talkie automatique à fonctionnement aléatoire
  • Puissance à l’écoute un peu faible en mode talkie-walkie
  • Besoin de refixer l’ensemble de temps en temps

Idées d’améliorations :

  • Pairage téléphone avec le casque/micro du passager
  • Ecoute du GPS aussi dans le casque passager
  • Tuner FM dans chacun des ensembles casque/micro
  • Charge directement en 12V ou adaptateur 9/12V