Archive pour la catégorie ‘Auto’

NUANCE – un point sur les technologies vocales

Mardi 24 novembre 2009

Nuance, Société spécialisée dans la reconnaissance vocale, bien connue pour son logiciel Dragon Naturally Speaking, a une activité bien ancrée dans le domaine automobile et les appareils mobiles. Sa technologie T9/X9 est déployée sur plus de 5 milliards de téléphones mobiles, et on peut compter près de 320 millions de téléphones utilisant la technonologie Nuance pour les appels commandés par la voix, 25 millions de voitures équipées, et 20 millions d’appareils de navigation GPS qui exploitent soit la synthèse vocale, soit la reconnaissance vocale Nuance.

Cette table ronde avait pour but de faire le point sur les technologies vocales, en rassemblant divers acteurs de l’industrie, tous clients ou partenaires de Nuance. Le thème des discussions était centré autour de l’automobile, qui est devenue au fil des ans un véritable laboratoire technique, avec la navigation, la téléphonie, le divertissement, la radio, le CD, le DVD, le MP3 et l’internet.

Chacune de ces applications apporte en elle-même plus de sécurité et de sérénité pour la conduite. Par exemple, une étude de TomTom réalisée en 2008 a prouvé que l’utilisation du GPS en voiture permet de réduire le stress, et de mieux contrôler sa conduite. Mais en allant dans l’autre sens, la recherche d’une destination, ou encore d’une chanson (étude autour de l’iPod en 2007) réduit la concentration. Et la multiplication des services et appareils risque de perturber l’utilisateur plus que de le conforter.

Il va donc de la responsabilité des industriels de répondre aux dérives de comportement, en fournissant des solution sûres et et plus simples à utiliser.

Un des domaines qui a été le plus exploité ces dernières années est autour des technologies vocales. Le fait d’entendre les instructions ou de pouvoir les dicter, plutôt que d’avoir à les lire ou les actionner sur le tableau de bord apporte une réduction de la distraction, des écarts de route et des temps de réactivité. De plus, plusieurs études ont montré que lorsque la reconnaissance vocale est présente, elle est adoptée par la plupart des conducteurs.

Les fonctions les plus utilisées sont les émissions et réceptions d’appels pour la téléphonie, et les recherches d’adresses, pour les GPS. De plus, la situation du conducteur est importante en fonction de l’usage, que ce soit à l’arrêt ou à vitesse élevée, ou encore en plein trafic. De manière globale, il est constaté qu’un conducteur utilisant la reconnaissance vocale exploite plus ses appareils, tout en étant moins distrait et moins stressé.

NUANCE

La voiture embarque de plus en plus d’électronique

Il faut distinguer trois catégories dans la reconnaissance vocale. La voiture, le PGS et le téléphone mobile. Nuance travaille avec plusieurs constructeurs automobiles, comme Mercedes ou Ford. En ce qui concerne le GPS, les plus grands sont tous cités : TomTom, Becker, Garmin, Medion, Navigon, Mio. Pour ceux-ci, la technologie vocale est utilisée pour les diestinations, les points d’intérêt, le paramétrage et le guidage vocal. Enfin, en téléphonie, cela fait longtemps que les mobiles permettent de reconnaître un nom à appeler, ou cite le nom de l’appelant. De plus, maintenant, il n’est plus besoin d’apprendre votre propre voix au téléphone afin qu’il vous reconnaisse.

Dans le futur, disons dans les cinq prochaines années, nous trouverons de plus en plus de services commandés par la voix, les commandes se feront en langage naturel, les SMS et les emails pourront directement être lus, et la recherche sur Internet pourra être vocale.

NUANCE

Les domaines de prédilection de Nuance

Il s’est ensuivi une table ronde entre cinq partenaires de Nuance, qui m’a permis de vérifier que les industriels sont d’abord attachés à leur communication marketing, même s’ils précisent tous qu’ils sont très concernés par la sécurité.

Ainsi, pour BMW, toutes les informations doivent apparaître dans le champ visuel, et cela est possible par l’incrustation de celles-ci dans le pare-brise. Cela étant, lorsqu’il nous précise que les véhicules de demain permettront de consulter les dépêches AFP et de naviguer sur Internet, cela me fait peur…

Orange précise que l’utilisateur a dorénavant envie d’être connecté en permanence, et que donc le véhicule est la continuité de sa maison et de son bureau.

Un consultant, ancien de Parrot (spécialiste des kits mains libres Bluetooth), nous rappelle que 5% des conducteurs téléphonent au volant, ou encore que 1,5% des conducteurs écrivent un texto alors qu’ils sont au volant, et que la législation française est encore un peu floue à propos de ce que l’on a le droit d’appeler un kit mains libres. L’Espagne a tranché, et seuls les kits intégrés au véhicule sont dorénavant autorisés. mais me direz-vous, qu’appelle-t’on encore ‘intégré’ ?

Pour Nuance, qui évidemment défend son carré, il y a de plus en plus de commandes vocales.

Enfin, pour TomTom, qui a été un des précurseurs dans le domaine de la synthèse et de la commande vocales, la saisie de l’adresse par la voix apporte encore plus d’interactivité entre l’homme et la machine.

Orange nous rappelle alors le point du code de la route 412.6.1, précisant qu’il est interdit de tenir son mobile en main pour un véhicule en circulation. Cela a e mérite d’être clair, mais n’empêchera pas la maréchaussée d’interpréter en fonction de l’humeur.

NUANCE

Table ronde autour des partenaires de Nuance

Il s’ensuit une série de questions/réponses, dans laquelle j’interviens en spécifiant que je suis très effrayé par l’arrivée de la multiplicité des services et commandes devenant disponibles dans un véhicule, qui risquent de larguer la conduite au second plan, et leur demande ce qu’ils comptent faire pour limiter la course en avant. Chacun apporte sa réponse en dérivant sur les exceptionnelles technicités de leurs offres, évinçant ainsi ma question. J’insiste en leur proposant de mettre en place un consortium qui définirait les actions à autoriser lorsque l’on roule ou lorsque l’on est à l’arrêt, mais je ne suis pas sûr que la portée de ma demande ait beaucoup de conséquences.

Lien : www.nuance.fr

F1 – Pôle de France

Mardi 16 septembre 2008

Une de mes références en sport automobile, Jean-Pierre Beltoise, a présenté à la presse ce matin un projet qui est loin d’être extravagant, bien que le sujet puisse le faire ressentir par ces temps noyés dans l’écologie et le pétrole hors de prix. C’est le projet d’un complexe sportif autour de l’automobile, centré autour d’un circuit construit pour accueillir les futurs Grands Prix de Formule 1, en remplacement de Magny-Cours, à partir de 2010. Ce projet, au contraire de ceux qui ont déjà fleuri en France comme celui des autres sites de Marne-la-Vallée (Disneyland Paris) ou encore Evry/Saclay, voit beaucoup plus loin que la Formule 1 en tant que tel. Jean-Pierre Beltoise nous explique en effet qu’il y a toute une activité économique, sportive et sociale qui est prête à démarrer sur le site proche de Roissy.

F1 - Pôle de France

Jean-Pierre Beltoise en Pôle Position pour le Pôle de France

Situé à une quinzaine de kilomètres des portes de Paris, dans l’axe Nord au-dessus du Stade de France, pourrait faire penser que la région choisie, de par ses antécédents difficiles, risque de dénaturer la beauté du projet, mais d’une part il faut absolument faire quelque chose pour les zones dites « sinistrées », sinon cela ne fera qu’empirer, d’autre part, du point de vue international, les étrangers verront que le Pôle de France est à côté de Paris, et très facilement accessible depuis les aéroports de Roissy (pour M. Toutlemonde) et du Bourget (pour la Jet Set et les pilotes). Est-ce que beaucoup d’entre nous s’offusquent du fait que Flushing Meadow soit situé au cœur du Queen’s, une des banlieues les plus chaudes de New York, ou encore que le stade Olympique Arena est placé au milieu d’un « no man’s land », fréquenté par des sans abris, aux portes d’Amsterdam.

F1 - Pôle de France

Un homme qui mène son projet avec le coeur

Le député-maire de Sarcelles nous explique avoir fait abstraction de ses appartenances politiques pour présenter le projet au gouvernement, et qu’il a été accueilli de manière positive, dans le sens où aucune demande d’argent ne sera faite, étant totalement financé par des fonds privés. Le Pôle de France englobe 5 communes, dont Sarcelles, Villiers-le-Bel et Ecouen.

Le discours général est donc basé sur l’intérêt collectif, et se basant sur une zone qui avait été préalablement destinée au projet d’extension de l’autoroute A16, mais qui a été abandonné. Il est vrai qu’il va alors falloir se battre avec les verts et autres assimilés…

Un autre point positif est que le Circuit Carole va disparaître, et que le projet Pôle de France sera aussi aménagé pour les motards, ce qui permettra de conserver un circuit moto dans la région parisienne.

F1 - Pôle de France

François Pupponi, député-maire de Sarcelles

Charles Bietry prend alors la parole, pour nous faire part de son expérience avec les sites sportifs du sud-ouest de Paris, lors de son passage au PSG, qui par mannque de moyens, mais surtout de salles de taille suffisante, ont raté bon nombre d’occasions en évènements sportifs. Le projet du Pôle de France comprenant une installation sportive toutes disciplines, ainsi qu’une salle/gymnase digne de ce nom, pourra alors accueillir un public nombreux. Alors pourquoi pas penser à toutes sortes de compétitions tous niveaux, et cela toute l’année.

F1 - Pôle de France

Charles Bietry, M. multisports

L’architecte du projet, M. Gilles Terrones, nous explique qu’un accent particulier a été apporté sur le traitement des émissions de carbone, avec une utilisation de biocarburants.

La surface destinée au Pôle de France est d’environ 700 hectares, dont 200 pour le circuit en tant que tel, 100 pour les bases techniques et enfin 400 pour le tertiaire. Il est insisté sur le rôle de projet social, incluant logement plus travail, qui permettrait de créer environ 10 000 emplois sur 5 ans.

F1 - Pôle de France ~ F1 - Pôle de France

Gilles Terrones, architecte du projet, et un investisseur

L’investisseur principal ne dévoilera évidemment pas les argentiers qui se sont manifestés pour financer le projet, mais explique qu’une économie complète a été mise au point, avec la construction d’hôtels et logements destinés à des personnes en recherche d’emploi qui pourront trouver sur le site des métiers qui le relanceront dans la vie active, ou encore des étudiants pour lesquels il est de plus en plus difficile de se loger en région parisienne.

Un montant de 700 millions d’euro est quand même avancé, sans aucune information à propos du retour sur investissement.

F1 - Pôle de France ~ F1 - Pôle de France

Un autre investisseur, et Pascal Monti, entrepreneur de travaux publics

Aux dernières nouvelles, Jean-Pierre Beltoise a pris rendez-vous avec Bernie Ecclestone pour les tous premiers jours d’Octobre.